A- A A+

This report is written by Dr Anne-Marie Montarnal, France

Summer Seminar 2014, a ” Miracle in San Marino”

organized by EDA and the University of San Marino

I had the impression, at the moment of my arrival, that San Marino, the splendid old City and the great landscape all around, had never been so beautiful. During the following three days, the excellence went on with the quality of the conferences, speakers coming from eleven different countries, for the first time a poster session, the participation of three experts running special schools for SLD students (specific learning difficulties) Anny Cooreman Headteacher from Eureka in Leuven, Belgium, Catherine Quilici (FEED) from Paris and Claire Malnoury from St. Charles at Schiltigheim, the very kindly receptions offered by the University of San Marino, the qualities of the lunches and the social dinners, the beautiful conference hall – an old little church –thanks to all these facts, you may understand my subtitle : “ Miracle in San Marino “ .

I propose to present here a few very short practical notes, (sometimes only keywords) I have taken during some conferences, they do not be considered to replace the abstract made by the authors to which you may you refer.

Anny Cooreman, Head teacher, Founder and Director of Eureka School : ”A comprehensive approach for LD-students with a long term view on personal development. “

The speaker underlines the importance to work with the parents, it is important to take in account their feelings. They feel frustrated, but they have not to be angry with their child with SLD. The parents may have   experienced the same difficulties during their childhood. It is very important for them to learn how to help their child.

The teachers of the SLD classes have to choose small interventions with large effects, they have to rethink the methods, choosing other approaches adapted to the different special needs of each pupil. The importance to use ITC facilities . For the basic knowledge, teachers have to teach on the way the student learns and need to take enough time.

Anny Cooreman says to the pupils : “ help yourself”, look for the help you need, how can you solve your problem, find out your compensating strategies and adjust your environment (using computer ). What helps you most to memorize (mind mapping for example ) , integrate a team in working together, use peer tutoring. The pupil has to change his way to look for himself, he will find out the way he compensates best, and will access to the self knowledge of the way he learns.

Teachers and parents have to help the student to create future in looking for talents, in sustaining the talents and training abilities. They have to ask the pupils what are their dreams and stimulate entrepreneurship.

Creativity must be used not only by the student but also by the teachers in the way to teach according to the difficulties and the possibilities of each student.  

 

Eleni Livaniou « ADHD and Autism Spectrum Disorder co-morbidity issues in learning and behavioral profile : the role of the teacher. »

ADHD – Attention Deficit and Hyperactivity Disorder- can be often associated to milder form of autism with social communication deficit and unusual behavior .

Attention deficit can be associated with :

  • impulsivity and difficulties to control motor activity, motor coordination ;
  • difficulties in proceeding : audiovisual perception, memory – short term and working memory, alertness, and inhibition ;
  • difficulties in social interaction
  • deficit in speech and language – in organizing the language
  • deficit of the cognitive development of the child as they have difficulties in regulation their attention,
  • impulsivity : they do not recognize the consequences of their actions,
  • sensory processing difficulties, weakness in spatial awareness,
  • behavioral problems,
  • social cognition deficits : difficulties in the non verbal communication, difficulties in working in group.
  • The learning difficulties of the ADHD students share many difficulties with the ASDas they have difficulties in planning and in the flexibility abilities.
  • They have difficulties to answer to the questions : what, how, where, when !

Children under stress due to SLD may exhibit the same symptoms.

Familial cases are found : - 76% for ADHD and 90 % for ASD, that shows the importance to assess the parents and the child !

It is important to change the class environment, to teach specific learning skills step by step, learning context must be simplified, need of stimulating material. Teaching must lead to social behavioral skills and social competence.

Catherine Quilici : “From the negative spiral of failure to the positive logic of succeeding”

Catherine Quilici underlines the importance to explain to the children with SLD how the brain works in order to become active and more effective learners.

It is important that they learn “how to understand a text “ , for them reading a text is a difficult puzzle. To read they have to be able to decode, to recognize the words, access to the meaning, be able to repeat the text, spot the keywords, the pieces of information, the areas involved. Reading is a complex process needing inferential skills , control skills and inhibition skills .

Intelligence is not sufficient to learn to read and write, a “double punishment” for the SLD learners (climb the tree !) - if equity is to ask all the animals to climb the tree, it will be easy for the monkey but not for the elephant - To speak we need 5000 words, to read we need 4 times more.

What is to be done to access to reading : to be able to read between the lines and to build a consistent picture.

Catherine Quilici suggests a tool box : guess a word, find the etymology, say the definition. Understanding is translation into his own words.

Reading a text means to be able to answer : who – what – where – why – how .

The huge importance of oral language. Explaining orally a text using drawings, showing the pattern of the story, being able to answer the question : am I not sure, almost sure, quite sure. Different ways can express what is understood.

Asking questions : are you able to understand, in which category belongs the text, what will follow next ? Make the analysis and justify. Learn to review, working in groups : discussions with peers and the teacher.

Eva Gyarmathy “Online portal for supporting social inclusion of people with dyslexia, the Literacy project. “

ICT is dyslexia friendly : with the choice of letters and fond , with the use of shorter sentences, topic easily understandable, assistive technology and accessible format.

Text to voice or voice to text !

How can we choose to be the best at the exam?

The use of a self assessment : fast test of achievement

Giannis Karagiannakis Mathematical learning difficulties : Dyscalculia or other factors”

I didn't take any notes during Giannis brilliant conference, but I will never forget the Model presented and the shape of the profiles projected on the screen.

The Model takes into account four domains :

- core numbers,   - memory

-visuo-spatial       - reasoning (logic and synthetic planing )

based on this Model, the speaker presented the different profiles of students with dyscalculia or difficulties in mathematics.

Looking at the shape of the profiles, very different from one student to another, it was so easy to understand that the help to be done should be adapted to each student on his area of difficulties. It means how important is is to make such profiles in order to adapt the intervention strategies.

26 % of adults with MLD are unemployed or depressed.

                                                               *   *   *

Just before leaving San Marino, I had a last look at the landscape which appeared to me as a big puzzle : green and yellow fields, dark shape of mountains, the red of the houses in the villages, and over this, a second puzzle made by the shadow projected by many little clouds navigating through the sky of this wonderful sunny day. This made me remembering that one of the speakers had compared the puzzle difficulties with the   difficulties to read and write of the dyslexic students.  

           Anne-Marie Montarnal


Le Séminaire d'été 2014,    un « miracle à Saint Marin »

organisé par l'EDA et l'Université de Saint Marin 

   A mon arrivée à Saint Marin, j'ai eu l'impression que la vieille cité médiévale et le paysage tout autour n'avaient jamais été aussi beaux. L'excellence s'est poursuivie pendant les trois jours suivants : avec la qualité remarquable des conférences, des conférenciers venant de onze pays différents, pour la première fois une présentation de posters, la participation de trois personnes « expertes » dans la prise en charge pédagogique d'élèves DYS au sein d'une école, Anny Cooreman   de Louvain, Catherine Quilici de Paris (FEED) et Claire Malnoury de St Charles de Schiltigheim, la réception très chaleureuse au sein de l'Université de Saint Marin, les excellents repas de midi et les sympathiques dîners , sans oublier notre magnifique salle de conférence – une salle d'une petite église désaffectée – grâce à tout ceci vous comprendrez ma mention «  miracle à Saint Marin ».

     Je me propose de vous présenter quelques notes pratiques ( parfois juste des mots clés) prises au cours de certaines conférences qui ne doivent en aucun cas remplacer les résumés rédigés par les auteurs auxquels vous pouvez vous référer.

   Anny Cooreman, Directrice et Fondatrice de l'école Euréka de Louvain « Une approche compréhensive des étudiants DYS avec une vue à long terme sur le développement à long terme. »

La conférencière souligne l'importance de travailler avec les parents et de prendre en compte leurs sentiments. Ils se sentent frustrés et ne doivent pas en vouloir à leur enfant. Les parents ont pu avoir des difficultés analogues dans leur enfance. Il est essentiel qu'ils apprennent comment ils peuvent aider leur enfant.

   Les enseignants doivent choisir pour leurs élèves DYS, un enseignement à petits pas mais à grands effets, ils doivent repenser leurs méthodes d'enseignement et choisir des approches adaptées aux besoins spécifiques de chaque élève. Il faut rappeler l'importance de l'usage des TICE qui va faciliter leur travail. Pour l'enseignement des bases, les enseignants doivent tenir compte de la façon dont l'élève apprend et y consacrer suffisamment de temps.

Anny Cooreman s'adresse aux élèves en leur disant  : « aides-toi ! », cherche l'aide dont tu as besoin, comment peux-tu résoudre ton problème, cherche des stratégies de compensation et ajuste ton environnement (recours possible à l'ordinateur). Qu'est-ce qui t'aide le plus pour mémoriser (création d'une image mentale par exemple), intègre un groupe de travail, utilise l'aide d'un tuteur – un autre élève. L'élève va changer sa façon de se considérer, il va découvrir de quelle manière il peut compenser ses difficultés, et va accéder à la prise de conscience de sa façon d'apprendre (métacognition) .

   Les enseignants et les parents doivent aider l'élève à « créer son avenir » en recherchant ses talents, en les soutenant et les développant. Ils doivent demander aux élèves quels sont leurs rêves et stimuler leurs capacités d'entreprendre.

   La créativité ne doit pas seulement être utilisée par l'étudiant mais aussi par les enseignants dans leur façon d'enseigner pour l'adapter aux difficultés et aux possibilités   de chaque étudiant.

   Eleni Livianou « Troubles déficitaires de l'attention, hyperactivité – TDAH -   et troubles du spectre autistique, -TSA- une comorbidité et un profil comportemental : le rôle de l'enseignant ».

     Les troubles déficitaires de l'attention et l'hyperactivité peuvent être souvent associés à des formes peu sévères d'autisme impliquant des difficultés de communication sociale et un comportement inhabituel.

       Les troubles de l'attention peuvent ainsi être associés à :

  • une impulsivité et des difficultés de coordination et de contrôle de l'activité motrice,
  • des difficultés de traitement des perceptions audiovisuelles et de mémorisation, qu'il s'agisse de la mémoire à court terme ou la mémoire de travail, des capacités d'attention ou d'inhibition ;
  • troubles du langage oral, de l'élocution, de l'expression ou de l'organisation du langage ;
  • un déficit du développement cognitif de l'enfant lié aux difficultés de régulation de l'attention ;
  • impulsivité : ils ne reconnaissent pas les conséquences de leurs actions ;
  • difficultés de traitement sensoriel et de prise de conscience de l'espace ;
  • troubles du comportement, difficultés dans les relations sociales, et la communication non verbale, difficultés pour travailler en groupe.

Les troubles des apprentissages de élèves avec TDAH ont des caractères communs avec les élèves présentant des troubles du spectre autistique, tels que des difficultés de planification et la flexibilité. Ils ont du mal à répondre aux questions : quoi, comment, où, quand ! Les enfants DYS stressés peuvent présenter des symptômes analogues. Des cas familiaux sont retrouvés dans 76% des cas pour TDAH et 90% TSA, ce qui montre l'importance d'évaluer les parents et les enfants.

Il est important d'adapter l'environnement de la classe, d'enseigner par petits pas et de simplifier le contexte, d'utiliser un matériel stimulant. L'enseignement doit pouvoir améliorer leur comportement et leur compétences sociales.

Catherine Quilici « De la spirale négative menant à l'échec, à la logique positive du succès »

Catherine Quilici souligne l'importance d'expliquer aux enfants DYS comment le cerveau fonctionne afin qu'ils puissent mieux apprendre.

Comment accéder à la compréhension d'un texte : pour les élèves DYS lire un texte, c'est s'atteler à un difficile puzzle. Pour lire ils doivent être capable de décoder, de reconnaître les mots, d'accéder à la compréhension, être capable de redire la signification du texte avec leurs propres mots, de trouver les mots clés, les éléments d'information, les domaines impliqués. Lire est un processus complexe qui implique d'être capable de faire des inférences, de contrôler et de recourir à des inhibitions. ( de maintenir leur attention sur le texte).

L'intelligence ne suffit pas pour apprendre à lire et à écrire, pour les élèves DYS il s'agit d'une double punition (monte sur l'arbre) – pour être équitable, il est demandé à tous les animaux présents de monter sur l'arbre, parmi les animaux il y a un singe – pas de problème pour lui – mais il y a aussi un éléphant!-

Pour parler nous devons disposer de 5000 mots pour lire nous avons besoin de 4 fois plus de mots.

Pour accéder à la compréhension d'un texte il faut pouvoir lire entre les lignes et se bâtir une image consistante.

Catherine Quilici propose d'utiliser une boîte à outils : devine un mot, trouve l'étymologie, donne sa définition. Comprendre c'est être capable de formuler ce qui est compris avec ses propres mots. C'est aussi être capable de répondre aux questions : qui – quoi – où – pourquoi – comment .

Elle rappelle aussi l'importance du langage oral: expliquer oralement un texte en utilisant des dessins, en montrant le schéma de l'histoire et être capable de répondre : je ne suis pas sûr, presque sûr, tout à fait sûr. Il est possible de formuler ce qui a été compris de différentes façons.

En posant les questions : es-tu capable de comprendre, à quelles catégorie appartient le texte, qu'est-ce qui va suivre dans le récit, Fais l'analyse et explique .

L'importance de la révision, de travailler en groupe, de discuter avec les camarades et l'enseignant.

Eva Gyarmathy « L'usage des techniques numérisées – TICE – pour l'inclusion sociale des personnes avec dyslexie. Un projet concernant l'écrit. »

Les techniques TICE sont « dyslexia friendly » amicales à l'égard des personnes avec dyslexie qui peuvent choisir la police et la couleur de fond qui leur vont le mieux, utiliser des phrases plus courtes, les sujets traités sont facilement compris. Cette technologie joue un rôle de compensation et facilite l'accès au texte écrit. La possibilité d'utiliser la lecture d'un texte – texte lu par l'ordinateur – ou texte dicté écrit par l'ordinateur (dragon naturally speaking )

Que devons nous choisir pour être meilleur lors d'un examen ?

La possibilité de s'autoévaluer avec un test d'évaluation rapide.

Giannis Karagiannakis « les difficultés d'apprentissage en mathématiques : la dyscalculie ou d'autres facteurs ? »

Je n'ai pas pris de notes lors de la brillante conférence faite pas Giannis, mais je n'oublierais jamais le « Modèle » présenté et les nombreux profils différents des jeunes en difficultés en mathématiques, projetés sur l'écran.

Le Modèle prend en compte quatre domaines :

  • la notion de nombre – la mémoire –
  • le domaine visuo-spatial
  • le raisonnement la logique et la capacité de synthétiser.

Basés sur ce Modèle, le conférencier a présenté les différents profils des étudiants dyscalculiques ou ayant des difficultés en mathématiques.

En regardant la forme de ces profiles, très dissemblables d'un étudiant à l'autre, il était facile de comprendre que l'aide à donner devait s'adapter au domaine particulier répondant aux difficultés de chaque étudiant. C'est dire l'importance de ces profils afin d'adapter les stratégies pour réussir l'aide à donner.

26% des adultes ayant des difficultés dans l'apprentissage des mathématiques sont au chômage ou déprimés.


Juste avant de quitter Saint Marin, j'ai jeté un dernier regard au paysage que la ville domine, il m'apparut comme un grand puzzle : avec ses champs vert ou jaune, le relief sombre des montagnes, la couleur rouge des maisons des villages, et par dessus, un second puzzle réalisé par l'ombre que projetaient les nombreux petits nuages navigant dans le ciel de cette belle journée ensoleillée. Je me rappelais alors qu'un des conférenciers avait comparé les difficultés des dyslexiques à traiter l'écrit aux difficultés à construire un puzzle...


 

Das Sommer Seminar 2014  : ein Wunder in Sankt Marino

   Bei meiner Ankunft in San Marino schien mir die Mittel alterische Stadt und die Landschaft rings umher, nie so schöne gewesen zu sein. Die Vortrefflichkeit folgte während den drei nächsten Tagen : vorzügliche Referate, Referenten die aus 11 verschiedenen Ländern kamen, zum ersten mal eine Poster Vorführung, drei „Experten“ des Unterrichts für Schüler mit Lernschwierigkeiten, LRS, Anny Cooreman aus Leuven, Catherine Quilici (FEED) aus Paris, und Claire Malnoury aus St Charles, Schiltigheim, der sehr nette Empfang angeboten von der Universität von San Marino, das gute Mittagessen, so wie die sympathischen Abendessen, ohne den wunderschönen Referat Saal zu vergessen, eine Halle einer kleinen Kirche – dank all diesem, werdet ihr meinen Titel „ein Wunder in San Marino“ verstehen.

   Ich möchte ihnen ein paar praktische Notizen vorlegen ( manchmal nur die Schlüssel Wörter) die ich bei ein paar Referaten notieren konnte die auf keinem Fall die von den Referenten geschrieben„Abstracts“, ersetzen können.

Anny Cooreman, Direktorin der Schule Eureka un Leuven : „Ein Verstäntliches Handeln mit den LRS Schülern